Un Général des généraux

Puisqu’on en est à évoquer les grosses pointures, les éléphants, en voici un dont l’empreinte laissée dans la jungle de la bande dessinée n’est pas dérisoire… Il s’agit de François Boucq, bien sûr, qui nous revient avec un album conçu avec la complicité de Nicolas Junker autour des événements de 1958 qui secouèrent, depuis Alger, la IVe République française, pour aboutir à l’avènement de la Ve, toujours d’actualité. Cette période compliquée de l’histoire française se prête assez bien à toutes les formes d’interprétations. Celle-ci se déroule sur le ton du vaudeville et sied particulièrement au style caricatural et réaliste du dessinateur lillois. Loin des extravagances surréalistes de son personne fétiche Jérôme Moucherot, il retrace ici les enchaînement d’un imbroglio politico-militaire qu’il serre au plus près, séances de conciliation après séquences de crise, et où, au bout du fil et au fur et à mesure du récit, la situation tend à s’emballer, sous la menace de la guerre civile. Pendant ce temps, le général de Gaulle, en préretraite à Colombey-les-Deux-Églises, vaque à ses occupations, entre la promenade du chien et la quiétude des moments partagés avec Yvonne.
En équilibre entre satire burlesque et documentaire scrupuleux, le ton de cette tranche de bd historique est parfait, le timing bluffant !
La présente version spéciale en noir et blanc, de format et de prix légèrement supérieur à la version standard colorisée rend justement hommage au trait précis et enlevé, ahurissant par moment, de François Boucq, autant à l’aise s’il s’agit de décrire un champ de luzerne qu’un décor d’intérieur rococo, une moue dubitative qu’une horde déchaînée.
//YZ 2022

Un Général des généraux
François Boucq et Nicolas Junker
Le Lombard 2022
144 p
9782808203630