Le Poids des héros

David Sala. Encore un nom qui évoque une figure de la bande dessinée émergente avec le siècle. En 2000 exactement, la sortie de son premier essai – Replay t1, pour Jorge Zentner – suscitait les commentaires unanimes. Ses apparitions ultérieures, marquées du sceau de la virtuosité, attireront dès lors ponctuellement les regards admiratifs, quoique, à la longue, de plus en plus en survol. En effet le rôle d’artisan de séries à intérêt relatif a tendance à réduire à une forme d’anonymat. Il faut parfois plus qu’un trait de génie pour dessiner les contours d’une personnalité de créateur.
Conscient de cette situation et du sentiment de frustration qu’elle peut induire, le surdoué du pinceau trouvera un champ d’expérimentation plus fécond dans le domaine de l’illustration jeunesse, avec, à la clé, plusieurs titres impressionnants parus chez Casterman.
Le défi de la bande dessinée reste cependant incomparable. Voici Sala qui se relance en solo dans une interprétation remarquée du Joueur d’échec de Zweig, en 2017. Et puis soudain, en ce jour, Le Poids des héros, qui s’impose d’emblée comme plus qu’un aboutissement, un véritable chef-d’œuvre.
En quoi réside cette réussite ? D’abord dans l’art de parvenir à se recentrer sur l’essentiel. Parler de choses connues, témoigner de son vécu, à défaut de se voir avec des ailes de romancier. Quand on a connu, dans sa famille, deux grands-pères ayant traversé les affres de la résistance à l’oppression, on a déjà de bonnes bases sur lesquelles s’appuyer. Reste ensuite à ne pas s’emballer, à faire le lien avec soi, au plus près de son émotion sans se laisser aller à de trop longues digressions.
Le plus remarquable ensuite, c’est d’arriver à contenir l’étendue d’un savoir prodigieux pour le restituer avec justesse. Montrer comment, à travers une simple scène d’intérieur, on peut convoquer des figures aussi énormes que celles de Klimt, Schiele et Hundertwasser en même temps – que David Sala semble avoir ingurgitées et assimilées d’un coup – pour faire revire au plus près l’ambiance d’une époque. Du grand art de la condensation. Toute une œuvre, toute une vie d’efforts se concentrant dans le visage blanchâtre d’un gisant qui remonte le fil de nos souvenirs.
//YZ 2022

Le Poids des héros
David Sala
Casterman 2022
176 p
9782203215764