home bd photo art archi etc galerie forum

Une aventure de Spirou & Fantasio 2
Les Marais du Temps

Les Marais du Temps nous offrent l'occasion de faire une petite digression inespérée sur la pro-blématique des reprises de série, interrompues pour toutes sortes de raisons par l'auteur (et dont la plus courante reste le décès).

Sans prétendre connaître les tenants et les aboutissants du petit monde de l'édition bd, on peut aisément deviner qu'au milieu des bruits de coulisses qui se font entendre à l'annonce d'une reprise, ceux qu'on distingue le mieux soient ceux des trompettes...de la rentabilité.
Fric à l'horizon ! Quelle autre motivation raison-née pourraient susciter ces hypothétiques chan-tiers du renouveau ?
La candeur déplacée de poursuivre un rêve d'enfant ?

Voyons par exemple le projet le plus navrant et le plus emblématique de qui ait été conçu ses dernières années : la poursuite des aventures
de Blake & Mortimer, classique parmi les clas-siques.
En passant outre l'essai calamiteux mais non totalement dépourvu de légitimité de Bob de Moor pour clore le cycle japonais, essayons de comprendre pourquoi, aux appels du pied pres-sants d'un directeur de collection du Lombard, un auteur confirmé comme Juillard, dont la renommée n'est plus à faire, accepte-t-il cette gageure ? En tant que véritable auteur, qui plus est chef de file d'une certaine école, suscitant moult disciples, celui-ci devrait être à même de défendre le métier et le médium de la bande dessinée, comme un art à part entière. Une forme d'expression homogène et cohérente. Au seing de laquelle certaines personnalités ont su imposer, par la puissance, l'authenticité ou l'ori-ginalité de leur création, un chapitre de plus à l'édifice de la culture. Or, en se fourvoyant sur ses capacités à se substituer à un autre démi-urge, il mésestime, à mon sens, la portée d'une oeuvre qui lui a pourtant servi de modèle durant toute sa carrière. Il se met en outre en position de relativiser la nature exceptionnelle de son propre cheminement en cherchant à se mouler
à un style qui n'est pas le sien. Ce faisant, il
en rajoute, par la confusion des genres et des échelles de valeur, au discrédit porté sur le 9ème art.

De quoi s'agit-il ? D'ignorance, d'un manque de vision à long terme ou d'une forme de vanité inconsciente ?
Ou, plus trivialement, d'appât du gain.

Car ça marche, il n'y a aucun doute là-dessus. Le public, grand nostalgique par nature des glorieux temps passés, aime à se reposer sur
la valeur sûre des noms entichés d'un certain prestige.

Mais passons à la suite...

Il y a toutes sortes de reprises. La plupart sont exécutées sous le couvert d'une forme d'anony-mat. Le but étant de se fondre le plus que pos-sible dans un moule de ressemblance parfait. Des personnages légendaires perpétuent ainsi leur existence, de manière assez banale dans
le meilleur des cas et lamentablement dans la plupart des cas. Citons en decrescendo Boule
& Bill, Les Schtroumpfs, Lucky Luke, Alix, Astérix
et j'en passe...

Et puis il y a Spirou. La seule série qui se soit prêtée précocement et assez facilement au jeu des remplaçants, même si son nom est indé-
fectiblement associé au génie de Franquin.
Après son passage, déjà plusieurs repreneurs ont alterné. Malgré quelques couacs, la série résiste bien au temps, de part la volonté perma-nente de toujours bien remettre le petit groom sympathique sur les rails de la modernité. Ne pas lésiner sur certains liftings conséquents. C'est la période électrique de Tome & Janry, à laquelle succède une phase de flottement.
Tout en essayant de dénicher le l'héritier idéal, l'éditeur lance une collection de hors séries conçus sous la forme de one-shot.
Il laisse malheureusement la conduite du pre-mier opus à Vehlmann, un de ces scénaristes multirécidivistes, qui, à l'instar de son compère Morvan tout juste éjecté, ont la fâcheuse ten-dance à surmultiplier les essais, donnant régu-lièrement le sentiment de ne pas vraiment y être. Très professionnels, très branchés, très superficiels et très ennuyeux.

Et puis voilà qu'apparaît au générique du second volume le nom chéri de Frank Le Gall.
Une évidence semble s'écrire en toutes lettes. L'attentionné animateur de Théodore Poussin, le talentueux raconteur d'histoires nous offre sur un plateau un joli numéro de Spirou, tout emprunt du parfum des années fastes et de l'ombre gro-tesque de Zorglub. Dans sa tonalité préférée, la parodie en mode mineur, chantonnée sur des notes d'humour qui oscillent légèrement entre
le premier et le second degré.
Tout se passe autour de " Chez Nénesse", dans le Marais, à cheval entre le 18ème et le 21ème siècle. Entre les deux, une machine à remonter le temps.
Abracadabrant.
Le Gall nous propose une subtile mise en abîme du vieux quartier de Paris et de ses habitants.
Eloquent

Finalement, c'est vrai qu'elles ont du charme, ces saveurs du temps passé !

 

 

Une aventure de Spirou et Fantasio 2
Les Marais du Temps
Frank Le Gall
Dupuis 2007
ISBN 978-2-8001-3826-8
54 p. coul
24.00FS

Z / 15.04.07

retour
coup de coeur
sélection
liste
affiches et portfolio
collection
figurines
films